Famille

Dormir comme un bébé

1 février 2017

Attention, article à rallonge aujourd’hui ! Dormir comme un bébé. Voilà une expression qui me laisse doucement rêveuse… et songeuse ! Lorsque j’étais enceinte, les gens que je rencontrais me disaient tous (sans exception !) : Profite de tes nuits, tu verras ça ne sera pas la même avec un enfant. Et dès l’arrivée de Little M., ces mêmes personnes ont complètement inversé leur discours : Il ne fait pas encore ses nuits ? Oh mais ce n’est pas normal ça, moi ma fille a fait ses nuits à même pas 1 mois. Sans parler du : Ah mais tu allaites (encore !!!) ton fils, il en faut pas s’étonner alors !.

Little M. dormait plutôt bien lors de son retour à la maison, pour un bébé allaité, nous avions 2 ou 3 réveils par nuit, un rythme confortable selon nous. Et puis avec le temps, Little M. est devenu de plus en plus éveillé et curieux. Les nuits s’en sont faites ressentir, le soir je l’endormais en l’allaitant, et il m’arrivait de me lever jusqu’à 6 fois la nuit, la seule chose qui le calmait et l’endormait à nouveau restait de l’allaiter.

À 6 mois, à force d’entendre que le problème venait de « mon lait », j’ai cédé et donné un biberon à mon fils le soir. Et comme je le pressentais, cela n’a absolument rien changé au fait que nous avions un petit dormeur. J’ai alors développé deux théories sur le pourquoi du comment Little M. n’arrivait pas encore à dormir une nuit entière:

  • La première (un peu fumeuse je vous l’accorde) : j’ai été beaucoup trop active pendant la grossesse et Little M. a eu l’habitude de s’endormi en étant bercé dans le bruit. J’avoue je n’ai jamais fait de sieste pendant ma grossesse, et toutes mes copines qui ont été beaucoup plus calmes pendant leur grossesse ont des bébés dormeurs.
  • La seconde (beaucoup plus réaliste je pense) : je suis devenue le doudou de mon fils, qui ne sait s’endormir ou se rendormir qu’à mes côtés.

Et puis et puis, depuis deux semaines, grosse remise en question du : Pourquoi Petit Loup n’arrive pas à faire une nuit complète ? Je ne parle pas de « faire ses nuits » pour la simple et bonne raison qu’à force de lire des choses sur le sommeil des bébés je me suis rendue compte que « faire ses nuits » signifiait dormir 6h d’affilées, alors dans ce cas, mon fils a fait ses nuits à la sortie de la maternité lui aussi (hahaha!). Pour moi une nuit complète idéale durerait de 19h/21h à 7h/9h. Pour cela, nous avons adopté trois petites choses qui semblent nous faire avancer :

  1. ne plus endormir Little M. au sein pour éviter qu’il ne recherche le sein pour se rendormir lors des réveils nocturnes (j’avoue il m’arrive de craquer lorsqu’il ne s’est toujours pas endormir au bout de 2h en plein milieu de la nuit.
  2. nous lui avons proposé la fameuse Tortue Cloud Q (musicale et lumineuse) en lui expliquant que nous aussi nous nous endormions avec elle et que nous lui confions pour qu’elle l’aide à attendre le sommeil tranquillement dans son lit.
  3. nous lui avons confié 3 doudous qui sont là pour l’écouter et l’accompagner vers le sommeil. (Trois doudous, tout simplement parce que nous ne souhaitons pas lui en imposer un, à lui de faire son choix. Même s’il avait déjà une grosse préférence pour Kermit la grenouille !)

J’ai envie de prendre dans mes bras tous les parents des enfants qui ne font pas leurs nuits et de leur dire : n’oubliez pas de sourire la nuit quand vous allez voir votre petit, n’oubliez jamais de prendre votre amoureux(se) dans les bras et lui dire combien vous l’aimez votre famille. L’énervement et le désespoir ne vous feront pas avancer positivement. Et l’envie de dire aux mamans allaitantes : N’écoutez pas les gens qui remettent en cause votre allaitement (sauf avis médical si bébé ne prend pas de poids bien entendu).

Personnellement, oui, j’ai parfois les larmes qui coulent la nuit quand j’ai simplement envie de dormir, oui j’ai envie de hurler sur mon mari pour qu’il vienne prendre le relais. Mais je regarde mon petit, je tente de décrypter le message qu’il veut me faire passer et je lui souris en me disant qu’on va y arriver ensemble avec papa et les doudous.

7 jeunes mamans ont accepté de partager ici leur quotidien nocturne avec nous, pour rassurer les parents dont les bébés ne font pas (encore !) leur nuit et leur donner le sourire.
Merci à elles <3


Une histoire de jumelles

Je suis l’heureuse maman de jumelles aujourd’hui âgées de 8 mois.  Les puces ont définitivement fait leur nuit à 7 mois (pourvu que ça dure !). Nées un peu en avance, on peut considéré en âge corrigé, qu’elles avaient 5 mois et demi quand elles y sont arrivées.
Leur nuit commence entre 20h et 21h environ et se termine entre 7h et 9h. Les grandes étapes avant d’en arriver là :
– les premiers temps : plein de biberons la nuit ! Tout en double, les couches et les câlins aussi. Mais le bonheur nous porte, nous sommes plein d’énergie. Nous comprenons rapidement, pour le bien-être de tout le monde, qu’il faut chacune leur chambre pour éviter qu’elles ne se réveillent mutuellement.
– Vers le 5ème mois, moins de biberons, et paradoxalement la fatigue me gagne. Elles demandent aussi beaucoup d’attention en journée, c’est une période difficile. Je me dis que ça ne durera qu’un moment, mais jusqu’à quand ? Heureusement, l’endormissement n’est pas un problème : câlin, tétine (uniquement dans le lit la tétine) et doudou, et c’est réglé. Sans doute parce qu’elles savent que nous intervenons au moindre chouinement : le lit n’est pas une contrainte pour elles, elles se sentent entourées si besoin.
– Puis on se lève de plus en plus rarement : un caca, un mauvais rêve, un gazouillage animé qui réveille la maisonnée… Mais l’usure est là. Et les réveils restent matinaux (5h-6h). Nous tenons bon : nous ne les laissons jamais pleurer.
– Et enfin, elles font 4 bons repas / jour (enfin…8 à donner !) et leur nuit. J’entends par nuit, une tranche horaire de 10-12h.
Comme de nombreux parents, on se demande si on va y arriver, la fatigue est omniprésente, on titube en se levant, mais tout est oublié en voyant leur petite bouille. Je me suis toujours penchée sur leur lit avec amour et sourire même si je pensais au fond de moi que j’allais y rester.
Ma maman a été d’une très grande aide, elle l’est toujours d’ailleurs. Une mamie en or qui rend possible la grande aventure de la gémellité. N’hésitez pas à vous entourer de personnes précieuses ou de demander au papa de prendre le relai pour vous ressourcer. Il existe aussi les gardes de nuit (100 euros/nuit). Mais je ne souhaitais pas d’une inconnue auprès de mes bébés. Je n’ai pas d’autre astuce miracle. Il faut laisser le temps au temps, ne pas demander trop de choses trop tôt à nos petits bouts.

Viktor et son doudou

Viktor a 15 mois, il a été nourri au biberon et depuis sa naissance cela n’a jamais été un gros dormeur… il faut dire qu’il souffrait d’un RGO (reflux gastro-oesphagien) diagnostiqué « officiellement » à environ 4 mois…on le suspectait depuis ses 3 semaines mais comme c’était un reflux interne, difficile de confirmer les symptômes. Désormais, le reflux est passé (il a fallu attendre qu’il marche à 13 mois) et Viktor est un petit garçon très éveillé, curieux, sociable et avec un très fort caractère !

Au départ pour moi faire ses nuits, cela voulait dire dormir environ 12h, genre 20h-8h… mais j’ai lu rapidement que les nuits d’un nourrisson au départ c’est réussir à dormir 6h d’affilée. J’avais toutefois du mal à me dire que quand Viktor faisait minuit-6h c’était qu’il faisait ses nuits… mais si on se fiait à la définition de certains bouquins, il a donc fait ses nuits à environ 3 mois. Cela ne durait jamais longtemps. Il est passé par des phases où il jouait dans son lit la nuit pendant des heures (genre il babillait), puis la phase « angoisse de séparation » à 10 mois où il n’y avait que moi qui pouvait le rendormir… la fameuse tétine qui se fait la malle dans le noir et qui le réveille à chaque fois… Désormais à 15 mois Viktor a toujours beaucoup de mal à « faire ses nuits ».

On va dire que chaque nuit est différente, souvent il s’endort très bien et peut se réveiller à 3h du matin jusque 5h sans qu’on puisse le rendormir autrement que dans nos bras. Et parfois (je dis bien parfois) il fait sa nuit sans quasiment se réveiller. Quand il fait un micro réveil à minuit uniquement, on s’estime qu’il a passé une très bonne nuit ! Par contre les siestes se font très bien, surtout depuis qu’on a zappé celle du matin un peu après ses un an. De toute façon, de lui même il ne voulait plus faire cette sieste du matin. Il dort donc environ 2 à 3h d’affilée, voir un peu plus !

Pour réussir à l’apaiser, on lui allume une veilleuse, déjà on sent une nette différence au niveau des pleurs… puis on a essayé l’homéopathie sans grand succès à part les suppositoires de chamomilla quand il a très mal aux dents, cela fonctionne plutôt bien.
Le laisser pleurer cela n’a jamais marché et on a jamais réussi à tenir plus de 5 minutes… le seul moyen de l’endormir profondément reste encore et toujours les bras. On a essayé le cododo (limite on aimerait bien) mais Viktor associe notre lit au jeu, il pense que c’est l’heure où on doit grimper sur papa ! Il ne peut pas s’endormir sans doudou et ce qui l’a bien apaisé quand il avait entre 3 et 8 mois environ, c’est de dormir avec un deuxième doudou sur la tête. Dès qu’il était profondément endormi on le retirait biensur. Aujourd’hui encore il aime s’enfouir dans son doudou qu’il trimballe partout !


Les oiseaux de nuit, la gigoteuse et le mystère

En 2008, j’ai vécu le grand bonheur de mettre au monde pioupiou n°1, mon fils, notre petit bonheur, le fruit de notre amour, la plus belle chose au monde pour moi et mon compagnon. Mais, nous allions vite le découvrir aussi, notre Pioupiou était un petit oiseau de nuit !

En tant que plus heureuse des mamans et essayant d’être la meilleure possible je décidais de lui donner la becquet… enfin d’allaiter mon petit Pioupiou de 2,6kg qui réclamait toutes les 2 heures, jours et nuits évidemment, sa ration de lait. Dans ces moments, là on se dit : »c’est normal, il est tout petit, dans un mois ca ira mieux. Sauf que … NON ! Pioupiou nocturne n’a pas daigné changé ses premières habitudes les 9 premiers mois de son existence !

On me disait (car tout le monde a son avis sur la question et oui !) : Repose-toi la journée quand il fait la sieste ! Sauf que 20 minutes de sieste la journée … difficile de se reposer …. J’entendais aussi des : Laisse le pleurer ! JOKER !

Ces moments compliqués pendant lesquels se mélangeaient la joie d’être maman, des moments de fatigue et de désespérance intense ont révélé à moi un avantage notable à ma petite taille (1m52 ttc) … parvenir à me glisser en mode tente quechua pliée en 4 dans le mini lit à barreaux de mon petit hibou après 4h passées sur le canapé devant Pêche, chasse et traditions.

Bref… un jour en mode maman zombie depuis 9 mois, je pars faire des courses et je croise une copine qui, à la vue de ma tête, comprit tout de suite mon état  enfin une maman qui n’a pas un enfant qui faisait ses nuits à la sortie de maternité… hein ! On les connait celles-là elles sont partout ! ) et elle me dit : Moi aussi j’ai connu ça avec mon fils, il a commencé à faire ses nuits lorsque je lui ai enlevé la gigoteuse, tu devrais essayer !.

Alors pour tout vous dire après avoir tenté en 9 mois l’ostéo, l’homéo, le micro-kiné, le 3/6/9/12 et l’invocation de tous les Dieux du sommeil , remiser la turbulette et faire un échange standart avec le sur-pyjama fut anecdotique, … et là ! Miracle ! Mon oiseau de nuit m’a enfin gratifié de 6h de sommeil consécutives ! En fait, mon petit bout d’homme n’aimait pas être saucissonné dans sa gigoteuse ! Petit à petit le petit oiseaux a bien dormi pratiquement toutes les nuits et définitivement à l’arrivée de sont petit frère !

Comme quoi nous avons la mémoire courte … Acte 2 en 2012 : mon deuxième oiseau de nuit. Démarrage différent car celui ci ne réclamait sa ration de toute les 3 à 5h et faisait des bonnes siestes de 2 à 3h la journée ! Je me suis alors dit que Pioupiou 2 allait vite faire ses nuits, chouette !

Sauf qu’à partir de ses 3 mois… rebelote ! Réveils multiples et rebelote ostéo , homéo, rebouteux et marabouts, tisane et diffusion de plantes… maman et papa zombies le retour ! Malgré 3,6 kg, une bonne prise de poids, ses premieres semaines de vie a coté du lit de maman et papa et une disposition des meubles en mode feng shui , rien n’y fait : 20 minutes sommeil, 20 minutes zumba lambada all night long !

Une nuit je me revoie même sur internet à 4h du matin pour acheter des livres sur le sommeil des bébé ! Après avoir testé les différentes pistes trouvées dans les 3 livres achetés et qui, entre-nous, se contredisaient en bien des points je n’étais pas plus avancée surtout que l’oiseau avait maintenant presque 20 mois. La seule solution trouvée avait été l’achat d’un lit d’appoint installé dans la chambre de notre petit oiseau, où papa et moi nous relayions chaque nuit . Et puis un beau jour a 23 mois après avoir tout essayé ou presque pioupiou se mit a faire de belles et longues nuits !

Aujourd’hui mes pioupious ont 4 et 8 ans et font de sacrés grasse mat’ … moralité c’est dur mais pas définitif, patience et courage tout fini par arriver !


Martin, le (presque) dormeur de 7 mois

Mon petit dernier a bientôt 7 mois. Il s’appelle Martin et c’est un bébé plutôt éveillé et très souriant (grâce à son grand frère de 6 ans, toujours présent pour faire le pitre). Je souhaitais tout d’abord l’allaiter, comme je l’ai fait durant 5 mois 1/2 pour mon ainé, mais après quatre semaines très difficiles j’ai du abandonner l’idée. Nous sommes donc passés au biberon et cela a été un grand soulagement, pour lui comme pour nous (même si j’ai tous les jours une pointe de nostalgie !).

Nous avons eu un premier bébé grand dormeur, jusqu’à ses 18 mois il dormait 10 à 12 heures par nuits, puis trois siestes la journée d’environs 2 heures chacune. Alors pour moi, « faire ses nuits », c’est un peu ça : une longue et belle nuit sans réveil, de 21h à 8h. Martin y est presque !

Mais ça n’a pas toujours été comme ça. Comme je l’ai dit plus tôt, l’allaitement s’est plutôt mal passé. Il se réveillait toutes les deux heures, de jour comme de nuit. J’avais beau le nourrir, ça ne lui suffisait pas. Lorsqu’on est passé aux biberons, il a dès la première nuit dormi 6 heures d’affilées ! Un gros soulagement pour nous, qui avons enfin pu nous reposer et surtout pour lui de retrouver des parents apaisés, il s’est vraiment senti mieux.

Il a commencé à dormir 8 heures d’affilées vers quatre mois. Nous avons cherché un rituel pour l’endormir : câlins, berceuses, lui donner son dernier biberon au calme dans la chambre… Rien de tout ça n’a vraiment marché. Il a fallu aller à son rythme et le coucher quand il le décidait (quand il commençait à être grognon à vrai dire), pour qu’il s’endorme profondément. Tout d’abord, c’était à 23 heures, puis petit à petit nous avons pu le coucher plus tôt. Actuellement nous le couchons à 21 heures, et il se réveille à 8 heures (avec un réveil rapide vers 6 heures). Il fera ses nuits très bientôt, je le sens ! (enfin je l’espère ;) ).

Je pense qu’il faut avant tout aller au rythme de l’enfant. Pas besoin de le laisser pleurer dans son lit, cela n’apporte rien de bon ! Il faut que bébé comprenne qu’il n’est pas tout seul, qu’il soit rassuré. C’est une grosse séparation que de dormir désormais dans un lit ! Persévérez dans la recherche de rituels, vous trouverez le bon, celui qui sauvera vos nuits. Chez nous, celui qui commence à marcher c’est simplement le fait de dire « au revoir » à tout le monde avant de se coucher.


Arthur et sa maman doudou

Arthur a 2 ans et demi, c’est un enfant très curieux, très attentif et qui a, d’après sa maîtresse, une capacité d’attention assez grande pour son âge. Il est aussi très autonome et n’aime pas beaucoup qu’on l’aide puisqu’il se dit « grand » (paradoxalement le soir, au moment du coucher, il n’est plus vraiment un grand garçon ;-) et a besoin de sa maman « doudou » avec lui…! ). Tout comme sa grande soeur je l’ai allaité exclusivement pendant 6 mois. Le passage au biberon s’est fait naturellement, contrairement à sa grande soeur avec qui ça a été une vraie galère (alors qu’elle, a fait ses nuits à seulement 3 semaines !).

Pour moi, un enfant/bébé qui fait ses nuits, c’est un enfant qui ne se réveille pas, ne réclame pas d’eau… pendant au moins 8h. Arthur n’en est pas là ! A sa naissance déjà il hurlait a plein poumons dès que j’essayais de le poser, mes bras le rassuraient… Pour les nuits, c’est un « rituel » qui perdure: sans moi, pas de dodo ! Et même avec maman a ses côtés ça prend un certain temps (en général 1h30). Ensuite je m’éclipse et vais me coucher dans mon lit, jusqu’à ce qu’il se réveille et m’appelle parce qu’il a soif, envie de faire pipi ou tout simplement parce qu’il me veut. J’attends alors qu’il se rendorme et vais me recoucher jusqu’à la prochaine fois ou alors je finis ma nuit avec lui parce que je suis trop fatiguée et qu’il faut bien que je dorme un minimum pour être en forme le lendemain. Mais même quand je reste avec lui, il se réveille 4 à 5 fois par nuit. Quant à la sieste elle se déroule un peu différemment : il s’endort dans le canapé assez facilement et se réveille en général 1 à 2 fois pour vérifier que je ne suis pas loin et se rendort aussitôt ! Par contre aucun soucis si je le laisse dormir à l’école !

Je suis un vrai doudou géant pour mon petit qui doit se sentir rassuré quand je suis près de lui. Et comme tout doudou, il n’y en a qu’un : l’élu ! Je suis donc la seule à devoir être présente pour lui. Papa peut s’absenter comme il le veut, mais « maman doudou » c’est autre chose ! Vous avez déjà vu un enfant perdre son doudou ? Si je ne suis pas là la nuit c’est exactement pareil !

Après deux et demi d’essais en tout genre je n’ai toujours pas trouvé LA solution. Maintenant qu’il grandit le dialogue est plus facile et les lectures du soir l’aide beaucoup à se calmer même si mon glouton croqueur de livres n’en a jamais assez et me sortirait bien toute la bibliothèque tous les soirs !
En général quand j’en parle autour de moi on ne m’applaudit pas bien au contraire «dormir avec lui ! Mais tu te rends compte que tu ne pourras plus revenir en arrière » ou alors « tu devrais le laisser pleurer ». J’ai mis du temps à m’affranchir de tous ces vilains commentaires qui ne m’aidaient franchement pas. Aux autres mamans je dirai n’écoutez que votre coeur, ne vous blâmer pas, ne faites pas attention à toutes ces personnes qui se permettent de vous juger sans avoir vécu cette situation, et dans les moments difficiles (parce qu’il y en a toujours) prenez des forces en repensant aux petits moments de joie, les sourires, les gestes, les premiers mots… de vos petits loups qui font qu’on est avant tout des mamans super fières et heureuses !

Dès le début avec Arthur ça n’a pas été simple. Il y a eu des moments de doute mais jamais je n’ai baissé les bras : le bien-être de mon enfant passe avant tout et tant qu’il aura besoin de moi pour faire de beaux rêves je serai là. Et puis ce n’est pas à 18 ans qu’il voudra encore de moi dans son lit !


Erine et une aide téléphonique

Notre douce Erine vient de fêter ses 19 mois. Dix-neuf mois de pur bonheur, de magie quand on voit chaque jours ce petit être grandir et progresser à vitesse grand V. Seulement voilà. Durant ces dix-neuf mois, tout n’est pas toujours tout rose, il y a des hauts, des bas, cette vie de nouveaux parents que l’ont essaie d’apprivoiser, avec ces casseroles qui vont avec. Et il y en a une, pas des moindres, qui peut littéralement bouleverser votre quotidien, tel un tsunami. Le sommeil de bébé…
Erine était la pimprenelle parfaite. Dès notre retour de la maternité, nous n’avions qu’un seul réveil biberon par nuit. Erine n’a jamais connu l’allaitement, c’était notre choix. Couchée 19h30, biberon à 23h00, pour se réveiller vers 2h puis au petit matin, à l’aube. Un rêve nous disait-on… On a effectivement compris que nous avions beaucoup de chance, car après avoir sondé notre entourage, les réveils nocturnes étaient beaucoup plus fréquents chez les autres.
Aucune ombre au tableau durant 12 mois. Elle a fait sa première nuit à 1 mois, lors d’un camping improvisé (Allez comprendre !), pour acquérir définitivement, à notre plus grand bonheur, cette faculté à 2 mois. Et puis voilà, le drame est arrivé. À l’aube de ses douze mois, nous avons vécu un drame familial, celui qui vous rend plus fort, mais qui laisse une trace indélébile… Du jour au lendemain, Erine a ressenti notre peine, notre douleur et les réveils nocturnes ont démarré. Une fois, deux, trois fois par nuit, jusque là, rien d’alarmant. Cependant, pour notre douce qui dormait comme un loir de 19h30 à 6h30, cela n’inspirait rien de bon.  Les jours ont défilé et les réveils ont amplifié, pour se mêler à des « crises » de pleurs inconsolables. Lors de la première semaine de ce changement brutale, son papa et moi avions tellement été pris de court, que seul notre présence auprès d’elle avait été mis en oeuvre. Une caresse, des paroles, un gros câlins. Le résultat était mitigé. Parfois, cela fonctionnait du premier coup, jusqu’à la prochaine, parfois non et cela pouvait durer plus d’une heure, un enfer. L’enfer d’être incapable de calmer son enfant, de le consoler, de ne pas comprendre le mal qui le bouleverse. Mais aussi l’enfer de ne pas dormir et celui-ci, a été plus compliqué que nous l’avions imaginé.
Les semaines ont défilé, notre angoisse de la mettre au lit a amplifié et rien ne s’améliorait. Erine se réveillait en moyenne après chaque cycle, soit quasiment toutes les heures…Nous avons tout essayé…Homéopathies, ostéopathes, médecines douces & chinoises, changer l’emplacement de ce meuble, mettre une veilleuse, etc. Dans cet enfer qu’était devenu le quotidien, une seule chose était vraiment agaçante (bien que cela nous ait aussi sauvé pour récupérer un peu!). Le sommeil chez les autres était parfait. Au final, nous sommes rentrés dans une grosse remise ne question sur notre qualité à être parent. Notre fille ne dormait plus chez nous, mais uniquement lorsque nous n’étions pas là… À bout d’espoir, d’énergie, de tensions familiales ( les insurmontables « conseils » des proches qui ont réponse à tout), nous avons pris parti de consulter une « thérapeute du sommeil ». Bien que très sceptique sur cette méthode, puisque le principe était de « consulter » par téléphone, à bout de force, nous avons tenté. Et la clé était là. Une bouché d’oxygène. Le terme peut paraître exagéré, mais cette bataille aura duré cinq mois exactement, jours pour jours.  Cinq mois, c’est long et court à la fois, mais cinq mois sans sommeil régulier et surtout pas réparateur, c’est long. Erine en a beaucoup souffert, car elle n’arrivait pas à récupérer, les siestes étant aussi très chaotiques. De notre côté, nous avons passé un été lamentable, le moral au plus bas. Beaucoup de remise en question. Au final, cette personne aura réussi à rapporter le bonheur dans notre foyer. Un climat serein et apaisé. Les nuits sont redevenues complètes, ce qui pour nous correspond à peu ou pas de réveil nocturne, et une durée de sommeil supérieure à 12h.
Aujourd’hui, cela fait bientôt deux mois que le sommeil est redevenu calme. Des siestes de rêve (si, si elle dort plus de 2h, ce qui relève du miracle chez nous!), des nuits de 19h30 à 8h00, avec un ou deux réveils, mais pas systématique et surtout un bébé plus apaisé et des parents plus confiants. Je n’ai aucun conseil à vous apporter, si ce n’est d’écouter votre instinct!

Camille, la couverture miracle et la nounou

Je suis maman d’une petite Camille qui a 2 ans et demi. C’est une petite fille pleine de vie, très éveillée voir même en avance, surtout en ce qui concerne l’apprentissage de la parole. Je l’ai très peu allaité et a eu des biberons dès la naissance en mixant les techniques. Elle n’a jamais été une gloutonne, en revanche elle était dès le départ assez « tonique » comme disent les spécialistes… Et quand elle dormait elle faisait des sursauts dans son berceau, ce qui la réveillait assez souvent et l’empêchait de dormir…  Son papa m’a convaincu de tester « La couverture miracle ». Kesako ?? Vous savez cette couverture spécialement conçu pour emmailloter votre petit, qui doit rassurer les bébés et les aider à s’apaiser. J’étais plutôt contre, voir mon bébé emmailloté comme si on lui mettait une camisole ne m’enchantait guère. Mais en fait ca a marché !! Ho miracle :D
C’est comme ça que à 1 mois elle a fait ses nuits… elle faisait d’affilé quelque chose comme 23h – 7h environ. Vous auriez du voir les parents que nous faisions. Ma fille fait ses nuits !!!, si si je vous assure elle a 1 mois et nous on dort SUPER BIEN !  De quoi rendre jaloux les jeunes parents.
Aujourd’hui je ris… parce qu’à 2 ans et demi, ses nuits sont encore régulièrement très chaotiques ! et cela depuis ses 6 mois ! Dans ma vision des choses, un enfant qui fait ses nuits dort au moins 8h voir 10h d’affilée sans se réveiller… Mais ca, c’est une vision de type féérique, une sorte de légende, un peu comme le monstre de Loch Ness, le truc dont tout les parents parlent mais qu’aucun n’a jamais vu en vrai !
Parce qu’un jour, mademoiselle a fait « des crises » la nuit, quand je dis crises, ce ne sont pas des caprices : elle se réveillait en hurlant, tapait dans ses barreaux de lit, elle ne voulait pas qu’on la touche, ni qu’on la prenne dans les bras, se tordait dans tout les sens… impossible de la calmer :( et quand on y arrivait, elle ne se rendormait pas facilement, le tout pouvait durer 1h a 2h par nuit. On lui a bien demandé si elle souffrait, mais nous disait non. A la sieste, je n’ai jamais eu de problèmes, elle dort entre 1h30 et 2h. Elle n’a globalement pas de soucis pour s’endormir non plus que ce soit le soir ou l’après midi.
Pour solutionner la situation, on a pensé à tout ! Les dents bien sûr, la faim, les terreurs nocturnes, un problème psychologique ? j’ai lu toute sorte d’articles sur le sujet, on a essayé de la coucher plus tôt , installer le fameux rituel du dodo, faire une activité très calme avant d’aller au lit (chez nous c’est lire une histoire) je dois dire que ces deux dernières méthodes ont eu quelques effets positifs mais pas de miracle ! J’ai acheté des sirops aux plantes à la pharmacie, qui doivent facilité la détente et le sommeil, j’ai été à la PMI demander de l’aide mais on m’a rit au nez en me disant que c’était normal!
La pédiatre me répétait ce que j’avais déjà lu partout, j’ai demandé à voir une psychologue à la PMI… mais la dame en a conclu que ma fille allait très bien qu’elle était très en avance et très bien entourée qu’il n’y avait pas de soucis à se faire…
C’est bien tout ca, mais à part passer pour une mère impatiente je n’ai jamais trouvé le soutien que j’attendais ! J’ai même laissé un message sur le forum de la clinique du sommeil, spécialistes du sommeil chez les enfants et les adultes,  qui est censé te donner des clés pour que ton enfant dorme enfin … Rien non plus de ce côté là… Mieux encore , ils n’ont pas entendu parler de ce genre de comportement pendant la nuit…
Aujourd’hui à 2 ans et demi, Camille ne fait plus de « crises » mais régulièrement elle se réveille la nuit, 1 fois quand tout va bien ( dans ces cas je dis là qu’elle a bien dormi…) bizarrement c’est toujours autour de 5h du matin…elle fait de petites insomnies et me réclame à boire, un câlin, un bisou… puis finit par se rendormir mais elle peut m’appeler 3 à 4 fois en l’espace d’une heure car elle n’arrive pas se rendormir. D’autres fois elle dort comme un loir. Ce n’est pas l’idéal mais par rapport à ce qu’on a vécu pendant plus d’un an avec ces fameuses crises… je ne me pleins plus trop…je sais que ca va passer, cela fait partie de l’enfance, de la vie de jeunes parents ! Quand on l’accepte et qu’on prend son mal en patience, et que malgrés cela on donne de l’amour à son bébé, on lui montre de la compréhension, on fait déjà un grand pas en avant ! A quel moment les crises se sont stoppées ? Bizarrement en septembre dernier lorsqu’elle a eu 2 ans, déjà elles s’étaient espacées pendant l’été, c’était souvent par « semaines » Camille passait 1 semaine en dormant bien et puis la semaine suivante ca recommençait… En septembre dernier, on l’a changé de nounou, elle a arrêté de faire des crises.
Avec le recul, je crois qu’elle avalait trop d’informations d’un coup dans ses journées, elle passait la plupart de son temps au parc au milieu d’autres enfants dehors, et pour l’y avoir emmené plusieurs fois je trouve que c’est une jungle ! Les enfants sont méchants entre eux et ma louloute trop sensible ne gérait peut être pas ce stress… Le fait d’être dehors tout le temps est-ce que ca ne la fatiguait pas de trop ? au point qu’elle était trop énervée se ca ressortait la nuit ?
Avec la nouvelle nounou, elle sort mais pas toute la journée, elle fait des activités bien plus intéressantes et a des temps calmes dans la journée… Son petit cerveau avide de connaissance est mieux nourrit qu’avant, je fais attention de lui donner de l’attention tout les soirs, on a des rituels et des heures de couché très régulières… J’ai envie de croire que c’est ça notre solution mais chaque enfant est différent…

 Photographie de couverture – EstelleR

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Picou bulle 1 février 2017 at 20:20

    Je crois qu’il n’y a pas de solutions miracles…Pour ma part, j’ai 2 filles, toutes 2 allaitées plusieurs mois. La première a fait ses nuits à moins de 2 mois (20h/8h) et ne nous a jamais plus posé de soucis de sommeil (hors maladies). Alors on était super confiants pour la 2ème, on avait les clés du sommeil, c’était sûr…Mais on a eu beau faire tout comme il faut pour la 2ème…ça n’a pas du tout marché pareil! Elle a 2 ans et c’est encore difficile…(mais je ne veux pas te faire peur s’est un cas exceptionnel!). Peut être qu’on a loupé le coche en la laissant moins pleurer, pour ne pas qu’elle réveille sa soeur, on a sans doute des torts mais je pense que les bébés ne sont aussi pas tous pareils!

  • Reply Blandine 2 février 2017 at 09:46

    Des histoires qui se ressemblent tout en étant très différentes ! Je me surprenais à attendre LE truc, la solution miracle mais il n’y en a pas ! Ou plutôt il y en a plein … il faut simplement trouver celle qui convient à bébé et nous … dans tous les cas, les parents : patience, lâché-prise et confiance … pas facile quand on est fatigués mais c’est essentiel !
    Et puis se rassurer … tout passe, mêle les situations difficiles !

    • Reply malotine 2 février 2017 at 09:50

      Et non, malheureusement la solution miracle n’existe pas… et heureusement j’ai envie de dire :)
      Nos nuits seraient beaucoup trop calmes avec des bébés qui dorment uniformément toutes les nuits n’est-ce-pas ? :)

  • Reply Charlotte 2 février 2017 at 12:30

    Ho j’ai un article sur le sommeil, et surtout sur l’endormissement de Poupette, qui parait demain sur le blog.
    Je pense que vous avez de bonnes pistes, et chaque enfant est différent. Essayer ensemble, se faire confiance et entourer l’enfant de douceur… Autant de clés.
    J’espère que ton tout petit fera bien vite de plus longues nuits.
    Bisous

    • Reply malotine 4 février 2017 at 17:38

      Je croise fort les doigts hahaha !

  • Reply Elise 2 février 2017 at 13:08

    Quel bonheur de lire tout ces témoignages, je me sens tellement moins seule!! Ma fille de presque 23 mois aussi est sujette aux réveils nocturnes par phase, il y a un an c’était l’angoisse la séparation et maintenant des terreurs nocturnes… Et quelle torture pour nous parents d’être réveillé d’1 à 6 fois par nuit par des pleurs et des sanglots et je doit l’avouer le manque de sommeil a souvent eu raison de ma patience!
    Notre secret pour limiter les craquages, se serrer les coudes avec le papa et s’accorder des moments à nous (et des vraies nuits de sommeil) en faisant appel aux mamies.

    • Reply malotine 4 février 2017 at 17:37

      Se serez les coudes, le plus important !

    Leave a Reply