Famille

Courrier des lectrices – l’allaitement

19 mai 2017

Comme promis, j’ai regroupé toutes vos questions sur l’allaitement et vais essayer d’y répondre du mieux que je peux et avec bienveillance. Toute cette période d’allaitement m’a beaucoup plu, des amies pro-allaitement m’ont beaucoup soutenu et répondu à mes nombreuses questions, et nous étions sur la même longueur d’onde avec mon fils.

Je tiens tout de même à préciser que je ne suis ni médecin, ni consultante en lactation, ni membre Leche League, ni pro ni contre l’allaitement. Je suis simplement une jeune maman qui a allaité son fils pendant 10 mois avec amour en tâchant de faire au mieux sans faire trop d’erreurs. Nous ne trouverez ici que ma petite expérience et pour toutes vraies interrogations des consultantes en lactation sont là pour vous aider et vous rassurer.

Comment as-tu su que tu allais allaiter ?

Avant d’accoucher, je ne pensais pas absolument pas allaiter. Je ne sentais pas en moi la fibre allaitante. J’avais encore l’image d’une amie allaitant sa fille en public les seins complètement à l’air. Un souvenir qui j’avoue m’avait vraiment marqué et presque choquée à l’époque. Je vois encore la tête des amis hommes (et même femmes, moi la première… jeune pouce très pudique que je suis) gênés d’aller lui faire la bise en entrant dans la salle.
Et puis, tout au long de ma grossesse, j’écoutais tout de même d’une oreille le discours moralisateur de mon entourage et des sages femmes me disant que cela était ce qu’il y avait de meilleur pour mon bébé.
En allant à la maternité, j’ai dit à mon mari: « écoutes, c’est simple, on va laisser notre petit décider s’il veut ou non être allaité« … cinq minutes après avoir accouché, mon petit rampait doucement pour prendre un peu de lait… les choses se sont faites naturellement comme je le souhaitais pour le plus grand bonheur de mon petit et finalement du mien également.

Comment t’es-tu préparé à l’allaitement ? As-tu préparé ta poitrine ?

Côté poitrine, non, je n’ai absolument rien fait du tout. Et côté préparation à l’allaitement, pour être tout à fait sincère, je ne m’y suis pas vraiment préparée. Je suis juste allée voir une sage-femme qui m’a expliqué les basiques de l’allaitement :

– toujours donner les deux seins à chaque tétée et recommencer la tétée suivante par le même côté que celui avec lequel on a terminé
– vérifier les premiers temps que bébé mouille au moins quatre bonnes couches dans la journée
– les selles doivent être de couleur dorée et si jamais elles deviennent un peu vertes c’est que bébé ne prend pas assez le gras du lait, ne pas hésiter alors à la consulter
– bien vérifier la position de la bouche de bébé qui doit être bien ouverte pour s’assurer qu’il tète bien.

As-tu eu mal ? As-tu eu des gerçures ou autres complications ?

La grande question, est-ce que l’allaitement fait mal. Et bien oui, comme (presque) tout le monde j’ai eu mal, mais d’une douleur tout à fait supportable et qui s’est estompée et effacée relativement rapidement. Les premières tétées sont douloureuses, le temps que l’allaitement s’installe. J’ai la chance d’avoir eu un petit qui a tout de suite bien pris le sein dans la bonne position. Je me souviens toutefois que les premiers jours, notamment au moment de la montée de lait, j’avais du mal à supporter le contact du tissus sur ma poitrine, et la nuit je me badigeonnais sans cesse de crème lansinot pour apaiser la douleur.
Pour ce qui est des gerçures ou autres, rien de tel. Je crois que j’ai allaité sous une bonne étoile !

Comment savais-tu que tu avais assez de lait ? Et étais-tu certaine que bébé avait bien mangé.

Je suis allée plusieurs fois après ma sortie de la maternité chez une sage-femme pour qu’elle pèse mon fils et que l’on s’assure qu’il grossissait bien en suivant la courbe de prise de poids des bébés allaités. Il avait l’air en bonne santé, souriait, gazouillait, ne semblait pas manquer de nourriture du coup j’ai toujours (ou presque) fait confiance en mon instinct.
Un premier doute s’est réellement installé quand j’ai commencé à vouloir tirer mon lait et que je ne tirais pas grand chose. Et puis finalement, je crois que je n’étais simplement pas faite pour instaurer une relation intime avec mon tire-lait. Je le faisais à contre-coeur et cela se ressentait dans la petite quantité que je tirais.
Puis un second doute s’est installé quand à 5 mois notre fils ne faisait toujours pas ses nuits, il se réveillait à minima 2 fois par nuit. Cela ne me gênait pas plus que cela, mais à écouter les amis, la famille… « tu sais, ton lait n’est peut-être plus assez bon pour lui. Plus assez nourrissant. Il n’a plus assez à manger, ce n’est pas normal qu’il se réveille encore la nuit. » À 6 mois, j’ai craqué, je suis passée outre mon instinct et ai ajouté un biberon de lait artificiel le soir. Aujourd’hui, je le regrette encore. Parce que d’un mon fils n’a pas plus enchainé une nuit complète avec ce biberon supplémentaire et de deux cela à très surement conduit à une fin d’allaitement à 10 mois. La nouvelle sage-femme qui me suit aujourd’hui m’a même indiqué que la tétée nocturne était indispensable pour favoriser l’allaitement car la glande qui favorise cela fonctionne principalement vers 2h du matin… bon bon bon !

Après pour la question de savoir si bébé avait bien mangé, la plupart du temps il s’endormait avec un grand sourire aux lèvres, j’imagine que cela voulait dire qu’il était repu. Et pour être plus pragmatique, sa prise de poids était bonne donc pourquoi se poser plus de question ? :)

As-tu eu des baisses de régime ? Comment y as-tu remédié ?

J’ai senti une petite baisse de régime en cours de route oui, mais en est-ce vraiment une ? Là est la question. Ce qui est sûr c’est que ma sage femme m’avait recommandé à ce moment-là de :

– mettre mon fils au sein toutes les 3h et de tirer mon lait à chaque fin de tétée
– boire de la tisane d’allaitement, et manger du fenouil
– prendre de l’homéopathie pour favoriser la lactation (Alfalfa et Ricinus)

Quels positions adoptais-tu principalement ?

La sage femme de la maternité m’avait montré la position couchée sur le côté, et j’avoue que j’ai principalement utilisé cette position au début à la maison et notamment la nuit. Cela me permettait de mettre bébé au sein et de me rendormir en même temps. Certaines personnes diront qu’il est dangereux d’allaiter en dormant, d’autres comme ma sage-femme diront qu’on sait que bébé est à côté de nous et nous ne risquons alors pas de l’écraser. Je me connais, je sais que je dors toujours à ras du bord du lit donc je ne risquais pas de l’écraser et je dormais d’un oeil jusqu’à ce que je m’en rende compte et que je le remette dans son lit.
Sinon au quotidien, j’utilisais la position de la berceuse bien lovée dans un canapé ou un fauteuil. Je n’ai utilisé que ces deux positions qui étaient parfaites pour moi. Si cela vous intéresse, il y a sur le site de la Leche League un article vous présentant les différentes positions pour pouvoir varier les plaisirs et surtout trouver la position la plus confortable pour vous et bébé.

Est-ce que ton petit faisait un rot après la tétée ? Régurgitait-il ?

Le rot était très rare chez mon petit. Et puis j’ai remarqué qu’il y avait deux écoles car deux soirs de suite j’ai eu deux discours différents de la part des sages-femmes de la maternité : l’une m’a dit que les bébés allaités n’avaient pas besoin de faire de rot, alors que le lendemain la second m’a dit que cela était indispensable. J’ai ensuite posé la question à ma ostéopathe qui m’a recommandé de le faire roter après la tétée en l’asseyant et l’aidant à se cambrer pour aider le rot à sortir. Il n’y en avait pas toujours, mais c’est vrai que cette astuce nous a aidé à calmer les régurgitations à certains moments.

Alors oui, Little M. régurgitait. Quelle plaie d’ailleurs ! Je pense qu’il a refait le carrelage de toute la maison. Il a d’ailleurs eu un pic vers 5 mois. J’ai longtemps remis en cause ce que je mangeais : les champignons, le poisson, les sushis. Et puis finalement cela s’est arrêté lorsqu’il a commencé à tenir assis lui-même et se mettre debout.

Tirais-tu ton lait ? Et quel tire-lait utilisais-tu ?

Comme j’en parlais précédemment, j’ai tenté de tirer mon lait mais ai vite abandonné. J’avais pourtant un tire-lait très bien et très efficace (au début je tirais plutôt bien !). Il s’agissait du Medela Symphony. Si j’ai un conseil à vous donner, le pharmacien ne vous en parle pas forcément lorsque vous allez le chercher, vérifiez la taille de la téterelle. Celle fournie avec l’appareil est de taille standard et n’est peut-être pas à votre taille.

Et petite chose dont on ne nous parle pas non plus, enfin de mon côté je n’étais pas au courant. La maternité, votre gynécologue, votre sage-femme ou même le pédiatre de votre enfant peut vous faire une ordonnance pour louer un tire-lait électrique en pharmacie donc pas la peine de s’embêter à en acheter un avant la naissance.

Est-ce qu’on t’avait conseillé des aliments à ne pas manger ?

Deux aliments m’avaient été déconseillés : le choux qui est susceptible de donner des gaz à bébé (hyper glamour) et le persil qui apparemment aide à stopper la lactation.

Est-ce que tu buvais plus que d’ordinaire ?

Oui, mais de manière naturelle. Une fois la tétée installée j’avais naturellement envie de boire un demi litre d’eau. Mon ostéopathe m’avait recommandé de boire presque 3L d’eau par jour.

L’allaitement t’a-t-il fatigué ?

A vrai dire non. Mais je tâchais d’avoir une alimentation équilibrée et de ne pas me coucher trop tard pour être en forme.

Et le papa dans tout ça ?

Le papa était pour l’allaitement au départ donc m’a fortement soutenu au commencement. Et puis le doute s’est installé lorsque tout le monde nous disait que cela n’était pas normal que notre petit ne fasse pas ses nuits. « Tu sais quand elle va arrêter son allaitement ?« , tel a été le discours d’une de nos proches quand je me suis absentée 1h le temps de faire des courses et que mon petit a eu une envie de téter 10 minutes avant que je ne rentre…
Si j’ai un conseil à vous donner, rassurer un maximum le papa, proposez lui de tirer votre lait s’il le souhaite, proposez-lui d’être à vos côtés au moment de la tétée de temps en temps et surtout n’écoutez pas les gens autour de vous qui vous mettes la pression.

Allaitais-tu en dehors de chez toi ?

Oui oui oui ! Allaitement ne rime pas avec enfermement à la maison. On a la chance de vivre dans un pays ou l’allaitement est permis à l’extérieur alors faisons nous plaisir. Après j’avoue ne pas comprendre ces pays qui refusent cela, au est au XXIème siècle bon sang ! Nourrir son enfant est juste quelque chose de normal à mon sens. Des décolletés plongeants ne gênent pas mais une maman qui allaite son enfant en étant respectueuse et se couvrant normalement devrait être autoriser partout dans le monde. Bref, c’était la minute politique.
J’ai d’ailleurs publié récemment un article sur mon dressing de maman allaitante. N’oubliez pas d’avoir toujours un lange dans votre sac à main et le tour est joué !

Ton petit a-t-il rapidement fait ses nuits ?

Hahaha, je crois que j’ai répondu à cette question plus haut. Non, mais cela n’est pas dû à l’allaitement j’en suis persuadée. Les nuits ont commencé à être plus continues et longues vers 10 mois. Oui, 10 mois c’est long, mais tout vient à point qui sait attendre… ne mettons pas la pression à nos petits. Bon j’avoue que j’ai la chance d’avoir été à la maison pendant toute cette période donc cela était plus facile aussi certainement à gérer que si j’avais eu à me lever à 6h le matin pour aller travailler.

Comment gérais-tu l’allaitement la nuit ?

Comme j’en parlais précédemment, je mettais mon fils au sein contre moi et nous nous endormions ensemble. Je veillais toujours par contre à ce qu’il soit entre mon mari et moi pour qu’il ne risque pas de tomber du lit. Il y a même certaines nuits où il se rendormait et l’appel du lait devait être tellement fort que c’était lui qui me réveillait en revenant téter.

Combien de temps as-tu allaité ? Le sevrage n’a pas été trop difficile ?

J’ai allaité 6 mois exclusivement et jusqu’à 10 mois avec un biberon de lait artificiel le soir. L’allaitement s’est arrêté très simplement à 10 mois. Pas de pleurs pour lui qui est très content de tenir son biberon tout seul matin et soir. Pas de bébé qui me saute dessus car frustré de ne plus avoir de tétée. Pas de maux liés à une lactation qui aurait du mal à s’arrêter, au contraire l’arrêt s’est fait en adéquation complète avec le besoin de mon fils. Quand je vous dis que j’ai eu un allaitement placé sous une bonne étoile.

As-tu pratiqué l’allaitement mixte ? Pourquoi et à partir de quand ?

J’ai finalement déjà répondu à cette question juste au-dessus. Le pourquoi reste quand même la pression extérieur. Et j’avoue aujourd’hui que je regrette d’y avoir cédé, mais tant pis.

Quel lait as-tu utilisé en dehors de l’allaitement ?

Côté lait, je voulais absolument du lait sans huile de palme, sans taurine et un lait biologique. Je prends la marque physiolac bio. Nous n’avons jamais eu de problème de colique ou autre (tout comme il n’en a jamais eu non plus lors de l’allaitement).

As-tu allaité ton fils lorsqu’il avait des dents ?

Oui, 2 dents en haut et 2 en bas. Et non il ne m’a pas mordu… enfin mordillé une fois, mais je lui ai expliqué que cela faisait mal et il n’a pas recommencé.

Est-ce que ta poitrine a été abîmée ?

Non, mais elle a besoin aujourd’hui d’être un peu remusclée. J’ai en une nuit retrouvé ma taille d’avant grossesse, très étrange d’ailleurs.

Voilà, j’espère avoir répondu à toutes vos interrogations et espère que ma petite expérience vous sera utile. Si j’avais trois conseils à vous donner, ce serait premièrement de vous faire confiance, deuxièmement d’interroger une sage-femme ou encore mieux une consultante en lactation en cas de doute et troisièmement d’être bien entourée et de ne pas hésiter à échanger avec les copines allaitantes.

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire de cet article, celle-ci fera surement écho aux questions d’une future maman allaitante.

Photographie de couverture MamzelleJoe (merci de ne pas utiliser cette photo !)

 

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Lily la moustache 19 mai 2017 at 09:29

    Super tes conseils ! Tu as plus de souvenirs que moi sur certains d’ailleurs !

    Marceau va avoir un an le mois prochain et j’ai vécu les mêmes « conseils » que toi vis à vis des nuits. J’ai beaucoup douté en me disant que peut être je devrai écouter ce qu’on me disait, de donner un bib le soir, mais je n’ai pas réussi à m’y résoudre et j’ai tellement bien fait. Marceau ne fait pas ses nuits (deux réveils) c’est difficile parfois mais j’ai la chance de ne pas avoir repris le travail encore et c’est déjà beaucoup mieux qu’avant . Je ne sais pas pour combien de temps encore je vais l’allaiter, j’ai envie que cela se fasse en adéquation avec lui. Ou moi.
    « Les gens » ne sont pas sa maman, ni son papa. C’est important de s’écouter et d’écouter son bébé. ❤ Merci pour cet article.

    • Reply malotine 19 mai 2017 at 10:14

      et tu as très bien fait !! :)

  • Reply Eryka 19 mai 2017 at 09:33

    Merci pour ces précieux conseils ! Ét j’espère etre aussi zen que toi !! bisous

    • Reply malotine 19 mai 2017 at 10:14

      Il n’y a pas de raison :)

    Leave a Reply